Histoire de la commune

Le Châtelet, son histoire et son patrimoine

Une histoire qui commence au Moyen-âge

L’histoire du Châtelet commence au Moyen-âge. La construction d’un château fort « Castel » sur la butte qui domine la cité lui donnera ensuite son nom « Châtelet ».
On peut voir encore aujourd’hui une partie des remparts de cet ancien château. Il a laissé place aujourd’hui à une habitation bourgeoise.
Pendant les guerres de religions, le Châtelet a été envahi par les protestants allemands du Duc De Deux Ponts car le Berry est un passage pour les deux camps.
Au cours de la Révolution française, elle a porté provisoirement le nom de « Librefeuille ».
La commune du Châtelet est connue notamment pour son village des potiers « Les Archers » ainsi que sa tradition potière qui date du 17ème siècle.

L'Abbaye de Puyferrand

Elle est fondée en 1070, par les seigneurs de Déols et occupée par les chanoines de St Augustin. L’abbaye de Puyferrand date du XIème siècle.
Pillée et incendiée en 1569 par des mercenaires de Wolfgang De Deux ponts puis rénovée au XVIIème  siècle par l’Abbé Pierre Gaussens par ordre de Louis XIV.
Au moment de la révolution, les terres furent confisquées et déclarées biens nationaux.

Elle devient église paroissiale jusqu’en 1887, avant la construction de l’église Saint Martial. Elle est classée aux Monuments historiques depuis 1911.
Pour l’extérieur, l’Abbatiale actuelle date du milieu du XIIème et est de style roman et la chapelle St Blaise date du XIIIème et est  de style gothique primitive.
Pour l’intérieur, on peut voir des fonds baptismaux de style renaissance, des statues en bois de tilleul de XIIIème, une Piéta polychrome du XVIIème,
des vitraux du XIXème et huit tableaux d’église dans la chapelle ainsi que  sept stalles qui viennent du Prieuré d’Orsan.

L'église Saint-Martial

Édifice bâti en 1887 pour remplacer la chapelle du même nom en ruines. Elle est réalisée d’après les plans de l’architecte Henri Dauvergne. Inaugurée en 1889.

L’église est terminée en 1891(voûtes, dallages, sculptures et mobiliers).
Le père du célèbre ménestrier local Gaston Guillemain, tailleur de pierre de son état et cornemuseux, a participé à la construction de l’édifice.
Sa cloche a appelé au combat les poilus en 1914 et a carillonné l’armistice en 1918.

Le Tertre

Situé en bordure du châtelet, l’accès se fait par la rue des Piches. Ce bel espace boisé « le parc public du tertre » est une donation de Mme Algret Degroux.
C’est un endroit paisible et ombragé. On peut y trouver  des bancs sur le chemin pour un moment de quiétude  ou pour les marcheurs pour une pause bien méritée.
En se dirigeant en haut de l’allée, vous  pouvez y  découvrir la stèle du donateur.